Royaume-Uni : sur une île déserte de Cornouailles, les oiseaux rapportent des élastiques par milliers

Des ornithologues ont constaté depuis plusieurs années que l'île, bien que déserte, est jonchée de petits élastiques. 

Une mouette à Helford, en Cornouailles. (Photo d\'illustration)  
Une mouette à Helford, en Cornouailles. (Photo d'illustration)   (TIM GRAHAM / ROBERT HARDING HERITAGE / AFP)

Mullion Island est un petit bout de terre inhabité au large des Cornouailles, au sud-ouest du Royaume-Uni. Inspectée régulièrement par des ornithologues, qui y comptent les populations d'oiseaux, l'île était depuis quelques années le théâtre d'un mystère : les rares humains à l'approcher constataient la présence de tas d'élastiques d'origine inconnue.

Mercredi 23 octobre, la presse britannique, dont The Guardian et The Evening Standard (liens en anglais) a révélé la triste explication : les oiseaux confondent les élastiques avec des vers et les ingurgitent*. Puis on les retrouve dans leurs déjections sur Mullion Island où les volatiles viennent installer leur nid, expliquent les ornithologues du West Cornwall  Ringing Group et de the National Trust. 

Des milliers d'élastiques ramassés en une heure 

"C'est un signe déprimant des temps. C'est un bel endroit où les gens vont peu, mais cela montre que les humains ont un impact partout", a réagi Mark Grantham du West Cornwall Ringing Group, cité par les deux médias. "Pour ne pas déranger les nids, nous avons réalisé un voyage spécialement pour ramasser les déchets. En une heure, nous avons récolté des milliers d'élastique et quelques poignées de déchets provenant de la pêche." Et le spécialiste d'ajouter : "la saison de reproduction des mouettes a été très décevante en 2019. Ces pressions qu'exercent les humains n'arrangent rien." 

Selon les experts interrogés, ces élastiques proviendraient de champs horticoles voisins, où ils sont utilisés pour maintenir des fleurs entre elles. Ils appellent les entreprises locales à être vigilants lorsqu'ils se débarrassent de leurs déchets, lesquels peuvent être ingérés par les oiseaux. 

* Dans une précédente version, nous indiquions, de manière erronée, que les oiseaux confondaient ces élastiques avec des branchages qu'ils utilisaient pour la construction de leur nid.