Cet article date de plus de quatre ans.

Pollution : "La gratuité des transports en Ile-de-France a coûté quatre millions d'euros par jour"

La gratuité ne sera plus appliquée dans les transports parisiens lors des pics de pollution. Le dispositif coûtait quatre millions d'euros par jour, selon le vice-président d'Ile-de-France. À la place, la RATP propose un ticket de 3,80 euros par jour.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une rame RER du réseau RATP. (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

De nombreuses régions de France sont touchées par de fortes pollutions aux particules fines. À Lyon, Villeurbanne, Grenoble et Paris des restrictions de circulation ont été mises en place. Lors des premiers pics de pollution, fin 2016, les transports parisiens étaient gratuits, afin d'inciter les voyageurs à ne pas prendre leurs voitures. Trop chère, cette mesure n'a pas été reconduite lors des nouvelles alertes.

"Les raisons financières existent réellement. Je rappelle que la gratuité des transports en Ile-de-France a coûté 4 millions par jour au Syndicat des transports d'Ile-de-France", a expliqué sur franceinfo Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France en charge des transports.

Un tarif de 3,80 euros pour remplacer la gratuité

"Les seuils de pollution ont été rabaissés au 1er janvier 2017. On va donc avoir cette année beaucoup plus de journées de pics de pollution qu'il y en avait l'année dernière", a-t-elle poursuivi. "On prévoit cette année 20 à 25 jours de pollution, vous multipliez ça par quatre millions par jour, cela fait 80 millions de perte pour le Syndicat des transports d'Ile-de-France", a insisté Stéphane Beaudet, "on a donc demandé à l'État de compenser cette perte, mais il a refusé."

Face à ce refus, le Syndicat a mis en place un tarif "attractif" de 3,80 euros par jour, qui permet de voyager dans l'ensemble des transports franciliens lors des pics de pollution. Mis en place le lundi 23 janvier, il est aussi appliqué le 24. Un système similaire a été adopté à Lille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.