Polluants chimiques retrouvés dans les cheveux : "Ce n'est pas la dose, mais la période d'exposition qui fait le danger"

L'association Générations futures a publié jeudi une enquête qui montre que des centaines de produits chimiques sont présents dans nos cheveux. 

Image d\'illustration
Image d'illustration (SIGRID OLSSON / MAXPPP)

"Ce n'est pas la dose, mais la période d'exposition" aux perturbateurs endocriniens "qui fait le danger", a indiqué jeudi 29 novembre sur franceinfo Fleur Gorre, chargée de campagne chimique chez Générations Futures. L'association de défense de l'environnement a publié une nouvelle étude alarmante, notamment sur des traces de métaux lourds et de polluants organiques dans nos cheveux.

franceinfo : les membres de l'association ont testé leurs enfants, c'est ça ?

Fleur Gorre : oui, tout à fait. On a fait mesurer les cheveux de l'équipe de Générations futures, les miens également, et ceux d'une quarantaine d'enfants de sympathisants. Toutes les molécules retrouvées à des niveaux d'"alerte" présentent une dangerosité. Beaucoup de ces substances sont des perturbateurs endocriniens. Ils agissent à faible dose, et ce n'est pas la dose, mais la période d'exposition qui fait le danger. Il existe des périodes de vulnérabilité, particulièrement pour les femmes enceintes qui doivent vraiment faire attention pendant ces périodes.

Quels sont les risques pour l'organisme ?

De nombreuses études scientifiques, solides et fouillées, mettent en évidence l'exposition à des perturbateurs endocriniens pendant certaines périodes dites "critiques" qui peuvent favoriser l'apparition de certaines pathologies plus tard. On parle souvent de l'explosion des maladies chroniques qui serait liée à la dégradation de la qualité de notre environnement, aux cocktails de polluants auxquels nous sommes tous quotidiennement exposés. Ces différentes pathologies peuvent être la stérilité, les cas de puberté précoce, l'augmentation des cancers hormono dépendants, les maladies neurodégénératives... Tout un tas de pathologies !

Dans quel but allez-vous vous en servir ?

Cette étude permet de montrer la variété des polluants auxquels nous sommes tous exposés. Elle ouvre de nouvelles perspectives. Nous, au sein de Générations futures, grâce à ces nouvelles méthodes analytiques, on ouvre une nouvelle campagne sur les produits chimiques. Une campagne pour informer, dans un premier temps, pour identifier les polluants chimiques qui sont présents dans les milieux de vie, dans notre habitat, dans les objets du quotidien. Le but, c'est de sensibiliser le grand public, surtout les populations vulnérables. Sensibiliser aussi les professionnels de santé, les autorités, sur l'omniprésence de ces substances et les dangers qu'elles présentent. Notre but, c'est aussi de faire évoluer la législation sur les produits dangereux. On aura une action au niveau réglementaire et juridique, au niveau national et européen, pour faire interdire certaines substances connues pour leur dangerosité, pour promouvoir un étiquetage des produits suspectés de contenir des perturbateurs endocriniens, pour encourager les industriels à mettre en place des techniques de substitution.