INFO FRANCEINFO. Opposées à la consigne des bouteilles, les entreprises du recyclage proposent un nouveau système de tri

La fédération professionnelle des entreprises de recyclage veut trier les déchets secs d'une part et humides d'autre part.

La Fédération professionnelle des entreprises de recyclage veut en finir avec les poubelles de différentes couleurs.
La Fédération professionnelle des entreprises de recyclage veut en finir avec les poubelles de différentes couleurs. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

Des entreprises de recyclage sont vent debout contre le projet de consigner les bouteilles en plastiques. Une proposition évoquée par Édouard Philippe dans son discours de politique générale le 12 juin dernier et portée par Brune Poirson, secrétaire d'état à la Transition écologique. À la place, la fédération professionnelle des entreprises de recyclage (Federec), qui compte 1 300 établissements adhérents, propose de mettre en place un autre système, a appris franceinfo lundi 24 juin.

Poubelle sèche et poubelle humide

L'objectif est d'en finir avec la poubelle bleue, la jaune, la verte, la marron... pour mettre en place une poubelle sèche et une poubelle humide. "Le citoyen ne comprend plus rien. S'il part en vacances, s'il déménage, il n'a plus le même geste de tri à faire. Nous, on dit qu'il faut simplifier la chose", explique Jean-Philippe Carpentier, président de Federec. "On a d'un côté les déchets humides, les déchets alimentaires, la litière pour chat, etc… Et tout ce qu'il reste, c'est pour la poubelle sèche."

Un système déjà expérimenté

Une seule collectivité a déjà mis en place ce système : l'agglomération de Châteauroux (Indre), où 100 000 habitants trient leurs déchets de cette façon. "La seule chose que l'on demande à nos administrés, c'est de séparer les choses. Ensuite, on a des trieurs optiques, qui ont la capacité, si les choses ne sont pas imbriquées, de capter, avec des taux qui sont à 90%", détaille Éric Chalmain, élu en charge des déchets. L'agglomération de Châteauroux envisage de faire du gaz avec la fermentation de ses déchets humides. Un système qui pourrait aussi préparer la collecte des déchets alimentaires, qui doit entrer en vigueur en Europe en 2025.