Cet article date de plus de deux ans.

Haute-Loire : la justice ordonne une expertise après la mort de bovins près d'une antenne 4G à Mazeyrat-d'Allier

Des agriculteurs réclamaient une expertise après la mort de 34 de leurs vaches depuis la mise en service d'une antenne 4G à 200 mètres de leur exploitation, en juillet 2021.

Article rédigé par franceinfo - Avec France Bleu Saint-Etienne Loire
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une antenne relais installée à Montagny (Rhône-Alpes), le 18 juin 2021. Photo d'ilustration. (YVES SALVAT / MAXPPP)

Le tribunal judiciaire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) vient de nommer vendredi 18 février un expert chargé d'établir un lien potentiel entre la présence d'une antenne 4G et la mort de plusieurs dizaines de bovins dans une exploitation agricole de Mazeyrat-d'Allier, rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire.

Les agriculteurs du Gaec de Coupet réclamaient une expertise, car 34 de leurs vaches sont mortes depuis la mise en service d'une antenne 4G à 200 mètres de leur exploitation en juillet 2021. D'autres ne s'alimentent plus. Selon les agriculteurs, l'état de santé des bêtes s'est amélioré quelques jours en octobre 2021, lors d'une brève coupure de l'antenne pour faire des réglages.

L'intensité du courant anormale ?

Les analyses de l'eau et de la nourriture n'ont rien révélé, mais d'après des mesures réalisées par la Chambre d'agriculture, l'intensité du courant électrique près de l'antenne serait anormale. La nomination d'un expert judiciaire doit permettre de déterminer d'éventuelles responsabilités si un lien de causalité est établi entre les décès des bovins et l'antenne 4G.

L'avocat d'Orange, l'opérateur de l'antenne 4G, avait mis en doute la compétence du tribunal judiciaire pour statuer sur ce genre d'affaire, en ajoutant qu'en cas de coupure de l'antenne, cela pourrait fait courir un risque aux habitants de la zone, privés de téléphone et donc dans l'impossibilité de prévenir les services d'urgence.

Quant à l'avocat de Santerne, la société qui a installé l'antenne relais, il avait demandé que l'entreprise soit mise hors de cause, au motif qu'elle n'avait fait qu'installer l'antenne et qu'elle n'était pas responsable de son bon ou son mauvais fonctionnement. C'est désormais à la justice de le déterminer. L'expert pourrait se rendre sur place dans les prochaines semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.