Décharges sauvages : les maires demandent à l'État d'agir

La mort de Jean-Mathieu Michel, le maire de Signes fauché par une camionnette après avoir empêché son conducteur de jeter des gravats illégalement, a relancé le débat sur la question des décharges sauvages. Les maires montent au créneau pour interpeller l'état et demander des moyens financiers pour y faire face.

France 3

Des déchets en tous genres déposés illégalement dans des terrains vagues : le phénomène se répand de plus en plus en France. Il y aurait aujourd'hui 36 000 décharges sauvages sur le territoire national. Dans le Var, à quelques kilomètres de Signes, les dépôts sauvages sont de plus en plus fréquents. Au Castellet, c'est l'exaspération. "On est train de faire la guerre aux décharges sauvages, parce qu'on a des gravats partout. (...) Il y a même des bateaux, c'est n'importe quand", explique Nicolas Boizis, la maire Divers droite du Castellet.

Des maires désemparés

À Pierrefeu-du-Var, même constat. On trouve même une caravane dans une forêt. Pour le maire, cette situation doit cesser, car elle coûte beaucoup trop d'argent. Sans réelle solution face à ce fléau, certains maires ont décidé d'employer les grands moyens, à l'image d'un maire de l'Oise qui mène son enquête pour retrouver le responsable du dépôt sauvage. Quand le coupable est identifié, il voit ses déchets revenir devant sa porte. Mais pour ce maire, ce n'est plus tenable, et c'est désormais au gouvernement d'agir.

Le JT
Les autres sujets du JT
À Raismes dans le Nord, le maire se bat contre les décharges sauvages. 
À Raismes dans le Nord, le maire se bat contre les décharges sauvages.  (FRANCE 3)