La surmortalité infantile continue d’augmenter en France depuis une dizaine d’années

Publié Mis à jour
La surmortalité infantile continue d’augmenter en France depuis une dizaine d’années
FRANCEINFO
Article rédigé par
C. Barbaux - franceinfo
France Télévisions

Cela pourrait passer pour un problème du siècle passé, et pourtant la mortalité infantile est en hausse depuis quelques années en France.

C’est un fait, les décès des nouveau-nés de moins d’un an sont en hausse. Alors que ces morts du nourrisson étaient en chute depuis près d’un siècle, le taux a grimpé à 3,5 décès pour 1 000 naissances en 2012 pour atteindre 3,8 aujourd’hui pour la France, qui se classe septième parmi les pays ayant la plus importante mortalité infantile au monde.

Ces décès survenus avant le premier anniversaire d’un nouveau-né interviennent, la plupart du temps, assez tôt. Près de la moitié des nourrissons touchés sont morts dans la première semaine précédant leur naissance, et un quart des bébés sont même décédés lors de leur premier jour.

La mort inattendue du nourrisson, première cause de mortalité chez les nouveau-nés.

Plusieurs hypothèses sont émises pour expliquer ce phénomène. Ainsi l’âge plus tardif des mères au moment de leurs accouchements (30,9 ans en moyenne contre 27 ans dans les années 1980), le tabac ou bien le surpoids sont des pistes avancées par les scientifiques.

D’autres facteurs moins physiologiques sont aussi désignés, comme le manque de personnel dans les systèmes de santé moins préparés, ou encore la politique de prévention des risques qui est jugée insuffisante en France. La mort inattendue du nourrisson représente 300 décès par an en France. Il s'agit de la première cause de mortalité chez les nouveau-nés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.