"Cette école prend de plein fouet la pollution !" : à Courbevoie, les parents effrayés par la qualité de l'air à l'école

Une association environnementale a dévoilé mercredi une carte inédite qui permet de visionner la qualité de l'air dans les différents établissements scolaires d'Île-de-France.

Des enfants sont en récréation dans la cour de leur école à Paris, le 4 septembre 2018.
Des enfants sont en récréation dans la cour de leur école à Paris, le 4 septembre 2018. (MAXPPP)

L'association environnementale Respire a dévoilé, mercredi 27 mars, une carte scolaire de la pollution de l'air en Île-de-France. Elle a travaillé sur les crèches, écoles, collèges et lycées de la région. Pour ces 12 520 établissements, Respire a travaillé sur la pollution aux particules fines et au dioxyde d'azote, un gaz nocif pour la santé principalement issu des moteurs diesel en ville. Greenpeace a publié une étude similaire à Marseille, révélant, sur une carte, que des dizaines de crèches et d'écoles sont situées dans les secteurs les plus pollués.

En Île-de-France, 682 établissements se retrouvent au-dessus de seuils autorisés pour le dioxyde d’azote. C’est notamment le cas d'une école maternelle située à Courbevoie (Hauts-de-Seine), dont la cour de réacréation est coincée entre une station-service et une route à deux fois deux voies.

Des parents pas vraiment surpris

"On est aux bords des quais et on voit la cour de l'école. Il n'y a donc pas de protection possible", déplore Joëlle Paris, représentante FCPE des parents d'élèves des Hauts-de-Seine. "Cette école prend de plein fouet la pollution !" Joëlle Paris n'est pas vraiment surprise de la mauvaise qualité de l'air mesurée près de l'établissement de 70 élèves et pense même que la situation est pire par endroit. 

Il y a des écoles construites sur des parkings publics, avec le débouché d'aération dans les cours de récréation.Joëlle Paris, représentante FCPE dans les Hauts-de-Seineà franceinfo

La carte n'est en effet pas totalement précise : elle donne un ordre d’idée à 12,5 mètres dans Paris. Respire n’a effectivement pas mesuré la pollution de l'air avec ses propres appareils pendant cinq ans sur chaque école mais ses militants ont juste superposé la carte scolaire de la région sur celle des pollutions mesurées par Airparif entre 2012 et 2017. "La pollution est un phénomène qui est aussi hyper local, c'est ce qu'on veut rappeler avec notre carte", explique Franck Olivier Torro, délégué général de Respire. 

Il retient surtout le fait que ce type de carte n'avait jamais été fait auparavant. "La pollution de l'air est un scandale sanitaire et, à un moment donné, il faut qu'on prenne des mesures. On peut résoudre ce problème avec des moyens d'action très locaux."

Un tremplin pour mobiliser les parents

La carte de l'association Respire apporte cependant des données pour mobiliser les parents d'élèves, se réjouit Joëlle Paris. "On peut interdire temporairement la circulation à l'heure où les élèves rentrent en classe, (...) il faut aussi sensibiliser les parents au fait que ce n'est pas une très bonne idée de déposer son enfant en voiture, passer le mot aux cars scolaires qui attendent les enfants pour les emmener en sortie scolaire de ne pas laisser tourner le moteur pendant 20 minutes en attendant que les enfants montent dans le bus..."

Pour le directeur de cet établissement de Courbevoie, qui n’a pas souhaité s'exprimer auprès de franceinfo, la priorité est surtout de remplacer les préfabriqués dans lesquels ses 70 élèves travaillent, même s'il reconnaît que le bruit et la pollution sont difficiles à supporter pour tout le monde.