Cet article date de plus de six ans.

Sida : les autotests arrivent en 2014 en France

Les autotests débarquent en France en 2014. Ils permettront à une personne de savoir en quelques minutes si elle est porteuse du virus du sida (VIH) à partir d'une goutte de sang. Mais tout le monde ne pourra pas les utiliser, puisqu'ils s'adresseront essentiellement les personnes qui échappent à toutes les autres politiques de dépistage.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

"L'année 2014 sera celle de la mise en place des autotests ". Voilà ce qu'a déclaré jeudi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, lors d'une audition devant une commission parlementaire sur les financements pour la santé.

La décision était attendue, sinon espérée. En mars, le Conseil national du Sida avait rendu un avis favorable. Ne restait donc plus à la ministre qu'à confirmer leur date de mise en circulation. 

Une goutte de sang suffit

Le principe des autotests est simple : d'un simple échantillon de salive ou d'une goutte de sang, ils permettent à une personne de savoir si elle est porteuse du sida. Mais il faut qu'elle soit contaminée depuis au moins deux ou trois mois : c'est la période minimum pour que l'infection par le VIH soit détectable par cet autotest. 

"J'ai donné le feu vert à la demande des autorisations nécessaires pour ces autotests qui permettront à une population limitée mais bien identifiée de pouvoir pratiquer des tests, car ce sont des populations qui ne souhaitent pas se rendre dans des centres de dépistage ou des hôpitaux ", a déclaré la ministre (à écouter ci-dessous). 

Les populations "à risque" visées

Les autotests ne seront pas disponibles pour tout le monde. Les populations visées sont celles qui échappent pour l'instant à toutes les campagnes de dépistage en raison de leur précarité, de leur marginalité ou encore par déni de leurs propres comportements à risque. 

A LIRE AUSSI ►►► Lutte contre le SIDA : les failles du dépistage

Les autorités espèrent que l'introduction des autotests permettra de découvrir les cas qui s'ignorent, mais aussi d'éviter de nouvelles contaminations. Le Comité national d'éthique a demandé que son utilisation soit bien encadrée en particulier pour éviter les usages forcés, comme par un employeur lors d'une embauche.  

Depuis 1996 aux Etats-Unis

La décision de la ministre Marisol Touraine a notamment été motivée par les bons résultats rencontrés par ce dispositif aux Etats-Unis, où les autotests sont sur le marché depuis 1996. 

En France, 6.100 personnes ont découvert leur séropositivité en 2011 et on estime que 30.000 à 40.000 personnes vivent avec le VIH sans le savoir sur une population totale d'environ 150.000 porteurs du virus.

 [null,null] Rapport sur les autotests de dépistage de l'infection à VIH publié par France_Info.fr 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.