Santé : la cigarette électronique, une alternative au tabac ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Santé : la cigarette électronique, une alternative au tabac ?
Santé : la cigarette électronique, une alternative au tabac ? Santé : la cigarette électronique, une alternative au tabac ? (France 3)
Article rédigé par France 3 - D.Mascret
France Télévisions
France 3
Mercredi 31 mai se tient la journée mondiale sans tabac. Or en France, le nombre de fumeurs a cessé de baisser. D’où l’idée du ministre de la Santé de prescrire sur ordonnance certaines cigarettes électroniques pour sortir du tabac. Le point avec le médecin et journaliste Damien Mascret.

L’idée de prescrire des cigarettes électroniques en pharmacie ne fait pas l’unanimité. Certains craignent que la cigarette électronique ait l’effet inverse, qu’elle conduise, les jeunes notamment, au tabac. "C’est évidemment une question cruciale. En France, des chercheurs de l’université de Paris Saclay ont analysé les réponses de plus de 39 000 adolescents", indique le médecin et journaliste Damien Mascret, présent mercredi 31 mai sur le plateau du 12/13.

"Parmi eux, près des 2/3 avaient déjà fumé, soit du tabac, soit avec une cigarette électronique, et parfois les deux. Et bien, d’une part 43% de ceux qui ont expérimenté une cigarette électronique ne deviennent pas fumeurs de tabac. Et d’autre part, on voit qu’expérimenter la cigarette électronique réduit en réalité de 42% le risque de devenir un fumeur quotidien de tabac", ajoute Damien Mascret. 

La e-cigarette n'est pas sans danger chez les jeunes

Pour autant, la cigarette électronique n’est pas sans danger chez les jeunes. "D’abord, parce que l’âge de début est important. Ainsi, le risque de passer plus tard au tabac augmente pour ceux qui expérimentent la cigarette électronique très jeune, à 9 ou 10 ans", indique le médecin. "L’idéal reste de ne pas fumer du tout."

Parmi nos Sources :

Transition vers le tabac

Expérimentation cigarette électronique

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.