Expérimentation de parcs sans tabac à Paris : "C'est pour les enfants, l'objectif premier est de lutter contre le tabagisme passif"

Le Conseil de Paris a acté, mardi 3 juillet, l'expérimentation de l'interdiction du tabac dans quatre parcs de la capitale.  

Le Conseil de Paris a acté, ce mardi, l\'expérimentation de l\'interdiction du tabac dans quatre parcs de la capitale. Photo d\'illustration.
Le Conseil de Paris a acté, ce mardi, l'expérimentation de l'interdiction du tabac dans quatre parcs de la capitale. Photo d'illustration. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"C'est évidemment pour les enfants puisque l'objectif premier c'est de lutter contre le tabagisme passif et la banalisation de la cigarette auprès des plus jeunes", a expliqué Laurence Goldgrab mardi 3 juillet sur franceinfo, après que le Conseil de Paris a acté l'expérimentation de l'interdiction du tabac dans quatre parcs de la capitale.

Lutter contre la pollution

"C'est aussi une question de respect de l'autre. Si vous allez dans un jardin pour vous reposer, respirer l'air frais, et que votre voisin de gauche puis votre voisin de droite fument une cigarette, vous ne profitez plus de l'air frais", a poursuivi l'élue, dont le groupe radical de gauche, centre et indépendant (RGCI) est à l'origine de la proposition.

Le troisième objectif est "de lutter contre la pollution avec le jet de mégots qui est un vrai problème à Paris", a souligné Laurence Goldgrab. Au départ, cette dernière souhaitait la mise en place de zones non-fumeur dans les parcs et jardins, mais finalement l'expérimentation prévoit "une interdiction générale dans quatre parcs et jardins à titre expérimental et sur la base d'un volontariat des maires d'arrondissements."

Vers une généralisation ?

L'expérimentation doit débuter cet été, et une évaluation aura lieu "au bout de quatre mois." "L'objectif c'est d'avoir des parcs et jardins dans des lieux à sociologie différente et de taille différente", précise Laurence Goldgrab. "Si cette expérimentation est concluante, mon groupe demandera une généralisation des parcs et jardins sans tabac", ajoute-elle.

Laurence Goldgrab assure qu'il ne s'agit pas de "stigmatiser les fumeurs." "C'est un problème de santé publique. Je ne vais pas taper sur les fumeurs. Je me soucie plutôt de ceux qui ne fument pas", souligne-t-elle.

Il est déjà interdit de fumer dans les aires de jeu des jardins de la capitale.