Une étude de l'Inserm explique le lien entre cannabis et la tendance au repli sur soi des consommateurs

La baisse de sociabilité parfois associée à la consommation de cannabis est la conséquence d’une altération du métabolisme du glucose dans le cerveau, indiquent les chercheurs.

Un participant à la manifestation mondiale pour la légalisation du cannabis roulant un joint, à Paris, le 29 avril 2017.
Un participant à la manifestation mondiale pour la légalisation du cannabis roulant un joint, à Paris, le 29 avril 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

Une étude de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) publiée mercredi 8 juillet explique les mécanismes qui entraînent une baisse de la sociabilité et un repli sur soi chez les fumeurs de cannabis. Elle a été menée sur des souris par le chercheur de l'Inserm Giovanni Marsicano et son équipe du NeuroCentre Magendie (Inserm/Université de Bordeaux) en collaboration avec l'université de Salamanque.

"Notre étude est la première à montrer que la baisse de sociabilité parfois associée à la consommation de cannabis est la conséquence d’une altération du métabolisme du glucose dans le cerveau”, expliquent les chercheurs.

Les nutriments du glucose amoindris par le THC

Ces recherches, publiée dans le journal Nature, permettent d'éclairer des mécanismes jusqu'ici mal connus. La capacité de cellules chargées de transformer le glucose en "nourriture" pour les neurones est réduite en raison de la présence de cannabinoïde THC, le principal composé psychoactif du cannabis. "En l'absence d'apports énergétiques nécessaires, le fonctionnement des neurones était compromis chez les animaux, avec un impact délétère sur le comportement", note l'étude.

Les interactions sociales étaient notamment diminuées et ce jusqu'à 24 heures après l'exposition au THC.Inserm(rapport)

L'étude dit ouvrir de "nouvelles pistes de recherche pour trouver des solutions thérapeutiques afin de pallier certains des problèmes comportementaux résultant d’une exposition au cannabis".