VIDEO. Doubs : une enquête ouverte après une mort suspecte dans un Ehpad

Près de Pontarlier dans le Doubs, une enquête pour "homicide involontaire" a été ouverte après le décès suspect en 2018 d'une patiente dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les autorités s'interrogent sur d'éventuels cas d'euthanasie.

FRANCE 3

Tout a commencé avec le décès d'une nonagénaire dans un Ehpad de Larmont, près de Pontarlier (Doubs) en 2018. Cette mort interroge la fille de la défunte qui saisit l'agence régionale de santé (ARS). Après deux jours d'inspections, l'ARS réclame la suspension d'un médecin et évoque de graves dysfonctionnements. Les familles des 250 résidents de cet établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont stupéfaites.

L'usage du Midazolam en cause

En cause : l'usage trop important du Midazolam. Selon des gériatres interrogés par France 3, il est utilisé pour soulager le patient et provoquer ainsi une mort moins douloureuse. Le Midazolam est néanmoins davantage destinés à des services de soins palliatifs qu'à des Ehpad. Le responsable de la structure, Olivier Volle, revendique pourtant son usage. Les soupçons d'euthanasie sont suffisamment importants pour que l'Agence régionale de santé saisisse le parquet. Une enquête est ouverte pour homicide involontaire. 

Dans un communiqué publié samedi, la direction du centre hospitalier de Pontarlier, dont dépend l'Ehpad du Larmont, a indiqué que, "dans le respect et la sérénité du dossier (...), il ne [sera] pas apporté de commentaire sur le fond de cette inspection" menée par l'ARS.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'âge d\'entrée en Ehpad se situe aujorud\'hui entre 85 et 86 ans en moyenne.
L'âge d'entrée en Ehpad se situe aujorud'hui entre 85 et 86 ans en moyenne. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)