Cet article date de plus de six ans.

Pyrénées-Atlantiques : le succès de la maison de santé de la vallée d'Aspe

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Vallée d'Aspe : le succès de la maison de santé
Vallée d'Aspe : le succès de la maison de santé Vallée d'Aspe : le succès de la maison de santé (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

La vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques, est un modèle dans la lutte contre les déserts médicaux. Il y a dix ans, le territoire a bien failli se retrouver sans médecin. En créant une maison de santé il y a trois ans, les élus locaux ont su redonner vie à la région.

La vallée d'Aspe, c'est 13 communes dispersées et 2 700 habitants qui vivent un peu éloignés de tout, et notamment d'un hôpital. Elle aurait pu se transformer en désert médical, mais en 2015, à Bedous (Pyrénées-Atlantiques), une maison de santé pluridisciplinaire a ouvert ses portes et changé la donne. Dans cette structure, trois médecins généralistes assurent une permanence 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Ils sont une trentaine de professionnels de santé à travailler ici : certains en permanence, d'autres ponctuellement ; des spécialistes des hôpitaux les plus proches. Cette offre de santé draine des patients venant de loin et réjouit évidemment les habitants du cru.

Un accès aux soins presque inespéré

Cette présence médicale a permis de sauver 140 emplois, ceux de cette maison de retraite et de trois autres établissements médicosociaux implantés dans la vallée. Sans l'arrivée de professionnels de santé, ces structures auraient probablement fermé. La vallée d'Aspe attire de jeunes professionnels. Ils sont souvent amoureux de la montagne et soucieux d'un rythme et d'un cadre de vie moins stressants que dans les grandes villes. Il y a dix ans, cette vallée béarnaise a bien failli se retrouver sans médecin. Aujourd'hui, la maison de santé offre à ces habitants un accès aux soins presque inespéré et constitue un atout pour tenter d'attirer de nouvelles familles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.