Astronomie : explorer l’univers depuis la Provence

Noema est le radiotélescope le plus puissant de l’hémisphère nord. Il permet aux astronautes de remonter toujours plus loin dans le temps pour revenir à l’origine de l’univers.

Dans un mouvement parfaitement synchronisé et très précis, les paraboles du radiotélescope Noema se braquent vers la constellation du taureau à des milliards de kilomètres. Une scène qui se passe à 2 500 mètres d’altitude sur le Plateau de Bure (Hautes-Alpes). Puis le mouvement se fige et fixe une étoile naissante. "On essaye de regarder la formation de premières étoiles dans la galaxie, ce qui s’est passé peu après le big bang", explique Roberto Neri, astronome et chef de projet NOEMA-IRAM.

Précurseur de la vie

Ces gigantesques paraboles sont les antennes radio les plus sensibles au monde. En les pointant sur certaines régions, les astronomes peuvent voir la matière froide, ce que les humains ne peuvent pas voir. Une sorte de nuage de gaz. Dans l’espace, ce gaz se condense et finit par créer une étoile et un nuage de particules est expulsé : ce sont les premières poussières d’étoiles. Les chercheurs analysent les premiers clichés de la vie. "Comme les nourrissons crient très fort, les étoiles quand elles naissent aussi, éjectent beaucoup de matière et sont très énergétiques, puis forment des molécules. Elles sont précurseurs de la vie", explique-t-on dans le centre. À Bure, il y aura bientôt 12 antennes pour voir encore plus loin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le puissant réseau de radiotélescopes Very Large Array, le 23 janvier 2013 au Nouveau-Mexique (Etats-Unis).
Le puissant réseau de radiotélescopes Very Large Array, le 23 janvier 2013 au Nouveau-Mexique (Etats-Unis). (RICHARD MASCHMEYER / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)