Covid-19 : l’Italie menacée par un nouveau confinement drastique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : l’Italie menacée par un nouveau confinement drastique
Article rédigé par
V. Lerouge, M. Chiarello, A. Donadini, V. Parent - France 2
France Télévisions

En Italie, la situation face au Covid-19 s’est brutalement dégradée, avec une hausse de 33% du nombre d’infections la semaine dernière. La contagiosité du variant anglais est en cause et le gouvernement envisage un reconfinement de trois semaines.

L’Italie subit à nouveau de plein fouet l’épidémie de Covid-19. A Naples, les restaurants ont replié les parasols et rangé les terrasses : tous les commerces et écoles sont fermés depuis le lundi 8 mars. Après une éclaircie d’un mois, la région a basculé de nouveau en zone rouge. "J’espère vraiment que c’est la dernière fois qu’ils ferment tout, et que ça nous permettra de rouvrir pour de bon", commente un restaurateur. 

Le variant britannique majoritaire

Dans tout le pays, les contaminations repartent à la hausse depuis trois semaines, avec plus de 20 000 cas par jour. Le variant britannique est désormais majoritaire et semble avoir bien profité de l’assouplissement des restrictions. À Rome notamment, les bars et restaurants étaient de nouveau ouverts le 1er février jusqu’à 18 heures. Résultat, les professionnels désespèrent à l’idée de devoir baisser le rideau une fois de plus. 

En plus de vacciner, les épidémiologistes conseillent un nouveau confinement, "pendant trois ou quatre semaines, où personne ne sort de chez toi sauf pour nécessité absolu", détaille le Dr. Susan Levenstein. "L’Italie n’échappera pas à un nouveau tour de vis, comme un ultime effort avant d’entrevoir la sortie", a indiqué le Premier ministre, repris par le journaliste France Télévisions Valéry Lerouge, en duplex depuis Rome. Il pourrait passer par un "confinement drastique d’un mois".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.