Santé : premières plaintes contre l'implant contraceptif Essure

Deux femmes attaquent en justice un laboratoire à l'origine d'implants contraceptifs définitifs, qui auraient des effets secondaires.

FRANCE 3

La vie de Marielle Klein a brutalement changé. Après son cinquième enfant, sa gynécologue lui propose un dispositif de stérilisation tubaire, c'est le début d'une longue descente aux enfers. "Au bout d'un an, j'ai eu une succession d'événements dans mon corps qui se sont déclarés. J'ai eu peur pour ma vie. Aujourd'hui je ne peux pas rester dans le silence", témoigne Marielle Klein.

Empêcher toute fécondation

Cette technique de stérilisation aurait été prescrite à près de 120 000 femmes. Elle consiste à poser un petit ressort dans la trompe de l'utérus, empêchant toute fécondation. Depuis 2012, les signalements de lourds effets secondaires se multiplient. Dans un communiqué, la direction générale de la santé met en cause la pose et non le produit Essure en lui-même. Le fabricant Bayer stipule que les effets indésirables sont mentionnés dans la notice du contraceptif, mais au nom du principe de précaution, l'avocat des victimes demande la suspension du produit.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'implant contraceptif Essure, des laboratoires Bayer, photographié le 21 septembre 2015.
L'implant contraceptif Essure, des laboratoires Bayer, photographié le 21 septembre 2015. (AP/SIPA / AP)