Cet article date de plus de dix ans.

Les pilules de troisième génération déremboursées en septembre 2013

Selon la Haute Autorité de Santé, les pilules contraceptives de troisième génération ne rendraient pas un service médical "suffisant". Elles pourraient augmenter le risque de développement de caillots sanguins. La ministre de la Santé, Marisol Touraine annonce mercredi la fin du remboursement par la Sécurité Sociale de ces pilules contraceptives. Un déremboursement qui ne prendra effet qu'à compter du 30 septembre 2013.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (DURAND FLORENCE/SIPA Autre)

Ce type de pilule dites "de troisième génération" est arrivé sur le marché en 2000. Il s'agit notamment de Mercilan, Méliane, Mélodia, Moneva, Varnoline, etc. Elles provoqueraient moins de problèmes de peaux et feraient moins grossir que les précédentes générations de pilules.

Mais selon la Haute autorité de santé (HAS), qui recevait mercredi les fabricants de ces pilules, leur service médical n'est pas "suffisant" . Plus grave, l'organisme relève "un risque de complications thrombo-veineuses (les phlébites), deux fois plus élevé que chez les femmes sous pilules de 2e génération" . "Ce risque reste toutefois très faible, de 3 à 4 cas pour 10 000 utilisatrices" , précise le communiqué de la HAS.

Un déremboursement à partir de septembre 2013

Conséquence de cet avis de la HAS : la ministre de la Santé, Marisol Touraine annonce mercredi soir la fin du remboursement par la Sécurité Sociale des pilules contraceptives dites de "troisième génération", à compter du 30 septembre 2013.

Une période d'adaptation sera laissée aux femmes utilisant ces pilules, afin qu'elles puissent, avec leurs médecins, et au moment du renouvellement de leur prescription, choisir un autre mode de contraception, remboursé si elles le souhaitent.

Selon une étude publiée il y a une semaine, la pilule reste la principale méthode de contraception en France mais son usage a légèrement diminué depuis les années 2000. Chez les 15-49 ans, une femme sur deux prend la pilule selon cette enquête.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La pilule et ses risques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.