Cet article date de plus de sept ans.

Cœur artificiel : le professeur Carpentier veut reprendre ses essais cliniques

Après le décès du premier patient porteur d'un cœur totalement artificiel, la société Carmat va demander l'autorisation de continuer ses travaux, selon "Le Quotidien du médecin".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cœur artificiel Carmat, à l'hôpital européen Georges Pompidou, à Paris, le 21 décembre 2014. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le premier patient greffé est mort il y a deux mois. La société Carmat va demander une nouvelle autorisation pour reprendre l'essai d'implantation de son cœur artificiel, affirme le professeur Alain Carpentier, concepteur de ce cœur bioprothétique et cofondateur de la société, dans le Quotidien du médecin (article payant), lundi 28 avril.

"La société Carmat, en tant que promoteur de l'étude clinique, va en effet demander une autorisation de reprise des inclusions auprès de l'ANSM [l'agence du médicament] et du CPP [comité de protection des personnes, qui s'exprime sur les aspects éthiques des expérimentations]", déclare le professeur Carpentier.

Le médecin ne fournit pas de calendrier pour cette reprise, ni de détail concernant l'arrêt soudain du fonctionnement de la prothèse, mais souligne qu'en matière d'innovation médicale, "la phase de recherche-développement n'est jamais bouclée""L'essai clinique porte sur quatre patients. Les conclusions de cet essai seront communiquées dans le respect des réglementations en vigueur", note le professeur Carpentier. C'est-à-dire, collectivement, à la fin de l'essai. "Il est très inhabituel de communiquer les résultats d'un essai patient par patient", précise-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.