Cet article date de plus de cinq ans.

Carte Les départements où le moustique tigre a été repéré en France métropolitaine

Cet insecte, qui peut véhiculer le virus de la dengue et du chikungunya, a récemment été détecté au Parc floral, à Paris, et dans des jardins ouvriers, à Créteil.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un moustique tigre femelle gorgé de sang. (CDC / BSIP/AFP)

Alerte aux moustiques tigres ! Ces insectes qui peuvent véhiculer le virus de la dengue et du chikungunya ont été détectés au Parc floral à Paris et dans des jardins ouvriers à Créteil, a indiqué, jeudi 20 août, l'agence régionale de santé (ARS).

L'ARS précise qu'il s'agit d'une "présence ponctuelle" et que des opérations de démoustication sont menées autour des sites concernés "afin d'empêcher son installation durable". Elle ajoute "qu'aucun cas de chikungunya et de dengue autochtone n'a à ce jour été recensé en Ile-de-France". Du 1er mai au 14 août 2015, le ministère de la Santé a recensé, en métropole, 486 cas suspects ou confirmés de dengue et de chikungunya. Deux nouveaux cas ont été ainsi été diagnostiqués dans le Gard, a annoncé jeudi l'agence régionale de santé de Languedoc-Rousillon.

Un moustique présent dans 20 départements en mai 2015

Le moustique Aedes albopictus (communément appelé "moustique tigre") est notamment présent dans les départements français de l’Océan indien, où il a provoqué une très importante épidémie de chikungunya en 2006. Sa première installation en métropole a été constatée en 2004 à Menton (Alpes-Maritimes).

En mai 2015, il était présent dans 20 départements de la moitié sud de la France. Depuis, il a remonté vers le nord. Voici la carte établie par le ministère en août 2015 :

La présence du moustique tigre en métropole en août 2015. (DIRECTION GENERALE DE LA SANTE)

 

Dans les départements d’Outre-mer de Guadeloupe, de Martinique et de Guyane, le vecteur à l’origine des principales épidémies de dengue, de fièvre jaune et depuis 2014 de chikungunya, est un autre moustique, plus petit. Il s'agit d'Aedes aegypti, rappelle le ministre de la Santé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.