Vidéo Ils fabriquent des perruques en cheveux naturels pour les malades

Publié
L’association Fake Hair Don’t Care récupère les dons de cheveux pour en faire des perruques. Elles sont à destination des personnes qui n’ont plus de cheveux à cause de leur maladie. Brut vous montre tout le processus de création.
Brut.
Article rédigé par

L’association Fake Hair Don’t Care récupère les dons de cheveux pour en faire des perruques. Elles sont à destination des personnes qui n’ont plus de cheveux à cause de leur maladie. Brut vous montre tout le processus de création. 

On envoie à peu près des cartons de dix kilos par mois.” Agnès est coiffeuse, et elle accueille dans son salon les personnes souhaitant faire don de leurs cheveux. Louise en fait partie. “Je l’ai fait parce que j’ai une personne dans mon entourage qui a été atteinte du cancer du sein et qui a acheté une perruque en cheveux naturels. Du coup, j’ai appris qu’il était possible de faire des dons de cheveux et j’ai laissé pousser un petit bout de temps, pour avoir la bonne longueur pour donner”, explique la jeune femme. Ces cheveux sont ensuite envoyés à l’association Fake Hair Don’t Care, qui crée des perruques à base de cheveux naturels.

“On accepte tout type de cheveux”

Il y a un peu de tout, il y a des grandes mèches de 30 centimètres, 40 centimètres, des petits dons de 10 centimètres, et on a aussi des coiffeurs partenaires qui, eux, nous envoient vraiment des gros cartons. Donc là, c’est vraiment des gros dons de tous types de cheveux : colorés, décolorés, longs, un peu plus courts…”, détaille Cynthia, membre de l’association.

On fait bénéficier nos perruques qu’aux personnes atteintes d’une maladie qui fait tomber les cheveux, donc le cancer, il y a aussi les alopécies, les choses comme ça”, explique Cynthia. “On est obligé de demander un mini-revenu sur lequel on ne fait aucun bénéfice, c’est juste pour rembourser les produits utilisés. Ça varie entre 400 et 1000 euros, sachant qu’une perruque en cheveux naturels, en général, coûte 4000 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.