Bronchiolite : le service de pédiatrie du CHU d’Amiens sur le front de l’épidémie

Publié
Bronchiolite : le service de pédiatrie du CHU d’Amiens sur le front de l’épidémie
Article rédigé par
France 3 Picardie M. Guiho, G. Fauquembergue, M. Krim - France 3
France Télévisions
L'épidémie de bronchiolite a été jugée "très préoccupante" par le ministre de la Santé ce week-end du 12 novembre. Les soignants redoutent que la situation ne s'aggrave dans les prochaines semaines.

À Amiens (Somme), le petit Isaac, neuf mois et asthmatique, en est à sa troisième bronchiolite. Chaque fois, il est hospitalisé plusieurs jours. "Des fois, il fait peur parce que j’ai l’impression qu'il va arrêter de respirer, il devient tout rouge. On se sent impuissante face à cette maladie", explique sa maman. Les urgences font face à une épidémie forte et précoce. Le seul pédiatre à temps plein termine sa garde de 24 heures après avoir vu passer 50 cas.

Déprogrammer d’autres interventions

Habituellement, le CHU d’Amiens aurait augmenté son nombre de lits pour l’hiver. Impossible cette année au vu du manque de personnel dans les couloirs de l'hôpital. Sans déclencher le plan blanc, il doit mobiliser un interne supplémentaire et économise en n’acceptant plus les transferts de Paris et Rouen. "On a fait des déprogrammations depuis trois semaines et on en a encore fait cette semaine.(...) On est tendus, il y a des soirs où l’on a une ou deux places, c’est compliqué", explique Patrick Berquin, président de la commission médicale d’établissement au CHU d'Amiens. Le pic de l’épidémie est attendu en décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.