Vidéo Il enseigne l'anatomie... à partir de vrais cadavres humains

Publié
BRUT
Article rédigé par

Pour lui, c'est la beauté intérieure qui compte. Jonathan dissèque des corps humains donnés à la science pour mieux comprendre de quoi nous sommes faits. Et son quotidien, c'est ça...

Jonathan Bennion est un influenceur pas comme les autres. Sur les réseaux sociaux, il partage à ses millions d'abonnés une passion un peu particulière : il dissèque des cadavres humains pour la science et diffuse ensuite des vidéos éducatives. Vous pouvez y voir des vrais estomacs, des cervelles ou encore des testicules. "Regardez comme c'est incroyable à l'intérieur, en regardant bien, on voit presque des petites choses filandreuses ici", se réjouit-il. Mais avant d'être cet influenceur hors norme, Jonathan est surtout auxiliaire médical et anatomiste. Il a co-fondé l'Institut d'anatomie humaine en 2012 dans l'Utah, après s'être découvert une passion pour l'enseignement à partir de vrais cadavres.

"Tous les tissus des corps sont rendus au programme de don"

Lors d'un cours d'anatomie à l'université, il a eu quelque peu un déclic : "L'assistant du professeur m'a tendu un cœur humain, pendant une seconde, j'ai pensé : "Oh mon Dieu, c'est un vrai cœur humain." Et d'un coup, c'est devenu : "C'est trop cool. J'en veux encore." Je fais partie de ces gens-là." Étudiant brillant, Jonathan est vite devenu l'assistant de son professeur. "Ça m'arrivait de venir à 2 heures du matin et de sortir les cadavres pour les étudier et apprendre grâce à tous ces incroyables donneurs", se souvient-il.  Alors qu'il enseigne l'anatomie en université technique, il décide finalement d'ouvrir son propre laboratoire pour toucher plus de gens.

Aujourd'hui, il dirige un laboratoire privé avec une petite équipe dans un bâtiment scolaire à Salt Lake City, dans l'Utah. "Les lycéens ont accès aux cadavres et apprennent en avant-première, c'est comme ça qu'on finance notre laboratoire", explique Jonathan. Évidemment, tous les corps ont été donnés à la science.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.