Santé : une application vient en aide aux personnes atteintes de drépanocytose

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
6media-interview 5mn- DREPACARE-appli-
F.Gbadamassi, V.Travert, P.Crapoulet, R.Carles
Article rédigé par
F.Gbadamassi, V.Travert, P.Crapoulet, R.Carles - franceinfo
France Télévisions

Trois amies ont imaginé l’application Drepacare. Elle permet d’aider et conseiller les personnes atteintes de drépanocytose.

La drépanocytose est une maladie génétique. Un enfant atteint de cette maladie peut en mourir avant ses cinq ans s’il n’est pas rapidement pris en charge. Pour leur venir en aide, Meryem Ait Zerbane, Laetitia Defoi et Anouchka Kponou, trois amies, ont créé l’application gratuite Drepacare. Au moment de faire leur recherche sur la maladie, elles se sont rendues compte qu’il y avait "un manque d’outils numériques", explique Laetitia Defoi, elle-même touchée par la maladie. 

Prévenir pour mieux guérir

Un patient peut subir des crises liées à la drépanocytose. Avec Drepacare, il existe des fonctionnalités qui permettent d’anticiper les complications. Par exemple, s’il se plaint régulièrement de problèmes de hanche, cela donnera des indications au soignant au moment de choisir quoi faire pour venir en aide à la personne malade. Par exemple, des douleurs à la hanche, le fait de boiter, "normalement un médecin va penser immédiatement ostéonécrose. Donc il m’aurait fait directement une radio, un IRM et je ne serais pas arrivé au dernier stade en fait, et je n’aurais pas eu peut-être cette prothèse de hanche. Je n’aurais pas eu à subir ça, je n’aurais pas fait quatre ans en fauteuil roulant", déclare Laetitia Defoi. 

Les créatrices de l’application encouragent à généraliser le dépistage en France. Elles luttent également contre certaines idées reçues. "Une mauvaise information qui est couramment véhiculée stipule que la drépanocytose n’atteint que les personnes noires, et ce n’est pas le cas. Qu’on soit noir, blanc, marron ou kaki, on peut être tous atteint par la drépanocytose", rappelle Anouchka Kponou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.