13h15, France 2

VIDEO. Le village breton de Langouët en route vers l'"autonomie alimentaire locale"

"A-t-on besoin d'ananas pour vivre ?" demande une habitante de ce village vert. Elle participe à l'aménagement d'un terrain communal dédié à la culture de primeurs locaux. Un potager où les villageois vont bientôt pouvoir se fournir en produits frais. En toute autonomie... Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 15 juin 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le maire sans étiquette de Langouët (Ille-et-Vilaine), commune bretonne à vingt kilomètres au nord de Rennes, est élu depuis près de vingt ans. Daniel Cueff multiplie les initiatives vertes dans ce village bretilien super écolo. Il a banni les énergies fossiles, rendu les menus de la cantine de l'école 100% bio, construit des logements sociaux écologiques, lutté contre les pesticides… Dans cet esprit, l’édile vient de dédier un terrain de 8 000 mètres carrés à la culture de fruits et de légumes au cœur du village. Il a installé deux étudiants en environnement à la tête de cette micro-ferme.

Louis et sa compagne Candice cultiveront et vendront les primeurs : "Quand on parle de notre projet, on voit que les habitants sont hyper enthousiastes, explique la jeune femme. C’est vraiment une dynamique et il y a quelque chose d'encourageant de trouver des gens qui sont prêts à agir et qui partagent les mêmes valeurs que nous. Le fait de venir ici acheter leurs légumes, ce ne sera plus une corvée, mais quelque chose de sympathique… Travailler directement à nourrir les habitants, cela donne vraiment un sens à ce que je fais, comme jamais avant."

"Cela va être une autre façon de vivre"

Il y a plein de verres de terre dans les mottes que prennent à pleines mains celles et ceux qui participent à la construction de ce projet : "Cela veut dire qu’il y a de la vie dans le sol. Du coup, cela va travailler tout seul à faire des galeries dans le sol, ce qui va le faire revivre, commente une habitante entourée d’enfants devenus jardiniers. Il n’y aura pas de culture d’ananas… Mais a-t-on besoin d’ananas pour vivre ? On vise de la culture locale : du frais en permanence tous les deux ou trois jours. Cela va être une autre façon de vivre."

Dans une autre vie, Daniel Cueff a été chef de mission humanitaire. Il a beaucoup voyagé, côtoyé la misère et réfléchi aux dangers qui menacent : "Pour manger, nous devons aller au supermarché. Nous ne savons plus cultiver, récolter, anticiper. A la moindre crise sévère (climatique, sociale, nucléaire), les gens seront affamés en quelques jours. Et ce n’est pas la veille que vous cultivez vos radis ou vos poireaux. Donc, il faut anticiper. Chaque ville de France sera amenée à créer les moyens d’une autonomie alimentaire locale en cas de difficultés…"

Extrait du magazine "13h15 le samedi" (replay) du 15 juin 2019.

13H15 / FRANCE 2
13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)