Tri des déchets : la restauration rapide mauvaise élève

Le ministère de la Transition écologique a convoqué les patrons de la restauration rapide jeudi 31 janvier, afin de pointer du doigt leur mauvaise gestion du tri des déchets.

France 2

Jeudi 31 janvier matin, quinze patrons de la restauration rapide ont été convoqués au ministère de la Transition énergétique. Ils sont accusés de ne pas assez trier les déchets dans leurs enseignes, alors que c'est obligatoire depuis 2016. À l'ordre du jour, des sanctions s'ils ne font aucun effort. Jamais le gouvernement n'avait ainsi convoqué ces patrons à ce sujet, mais il faut dire que les chiffres sont colossaux.

Des menaces de sanctions

La restauration rapide produit ainsi chaque année 183 000 tonnes d'emballages et 60 000 tonnes de déchets alimentaires. Ce qui fait de cette activité le mauvais élève du tri, c'est que tout cela finit dans la même poubelle. Une pratique révélée par une enquête d'"Envoyé spécial" en octobre 2018. "Je leur ai rappelé quelles étaient leurs obligations, j'ai rappelé les résultats des contrôles", a indiqué Brune Poirson, secrétaire d'État à la Transition énergétique. Elle a également indiqué qu'en cas d'absence d'amélioration, elle pourrait donner publiquement les noms des mauvais élèves et appliquer des sanctions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration. Un maire a décidé de renvoyer à un pollueur de sa ville les déchets laissés dans la rue.
Photo d'illustration. Un maire a décidé de renvoyer à un pollueur de sa ville les déchets laissés dans la rue. (GODONG / BSIP / AFP)