Pour la première fois, l'Autorité de la concurrence interdit une opération de concentration entre deux hypermarchés

Cette opération concernait un hypermarché Casino de la périphérie de Troyes (Aube), qui devait devenir un hypermarché Leclerc. L'autorité de la concurrence estime que cette concentration engendrerait une hausse des prix pour les consommateurs.

Un supermarché Casino à Toulouse, le 28 mai 2020.
Un supermarché Casino à Toulouse, le 28 mai 2020. (COLINE GAILLE / HANS LUCAS)

L'hypermarché Géant Casino de Barberey-Saint-Sulpice, en périphérie de Troyes (Aube), ne pourra pas passer sous enseigne E. Leclerc. L'Autorité de la concurrence a "pour la première fois" interdit l'opération de concentration, estimant, vendredi 28 août, qu'elle présentait des risques de hausses de prix pour les consommateurs.

L'opération aurait "entraîné la constitution d'un duopole entre les enseignes d'hypermarché Carrefour et E. Leclerc dans l'agglomération troyenne, facilitant la mise en place d'un comportement de coordination tacite dans la zone de chalandise concernée", ainsi qu'une "hausse des prix due à la disparition de la rivalité entre l'hypermarché racheté et l'hypermarché E. Leclerc déjà présent dans la zone troyenne", écrit l'Autorité sur son site internet. Selon le dictionnaire du droit Dalloz, une concentration est une opération "tendant à créer une unité de décision entre entreprises, dans le but d'en accroître la puissance économique."

Le quotidien local L'Est Eclair précisait en 2019 que la cession concernait le fonds de commerce et les murs, à un adhérent E. Leclerc, détenant également l'hypermarché de Saint-Parres-aux-Tertres, à l'est de Troyes. Cette concentration "aurait eu pour effet d'harmoniser les produits commercialisés et les politiques commerciales des deux points de vente", a expliqué l'Autorité de la concurrence vendredi. "En l'absence de remèdes adaptés aux problèmes de concurrence identifiés, l'Autorité a été conduite à interdire l'opération."