Nestlé reconnaît dans un document interne que la plupart de ses aliments ne sont pas bons pour la santé

Après la fuite de ce document, dévoilé par le "Financial Times", le groupe assure "travailler sur un projet à l'échelle de l'entreprise" pour mettre à jour sa stratégie en termes de nutrition et santé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège allemand de Nestlé à Francfort, le 27 août 2020. (CHRISTOPH HARDT / GEISLER-FOTOPRES / AFP)

Cette fuite porte un coup à l'image du géant de l'alimentation. Le groupe suisse Nestlé a affiché lundi 31 mai son intention de modifier sa stratégie concernant ses produits alimentaires, après la publication d'un article du Financial Times (en anglais) rapportant que la majorité de ses produits n'obtiennent pas un score suffisant pour être jugés bons pour la santé dans le système de notation australien semblable au Nutriscore français.

Dans une présentation interne diffusée aux cadres dirigeants, vue par le Financial Timesle géant de l'alimentation reconnaît que plus de 60% de ses grands produits de consommation et boissons ne répondent pas à "la définition de santé" et que "certaines de nos catégories ne seront jamais saines", quelle que soit la façon dont le groupe les reformule, rapporte le quotidien britannique des affaires. Le chiffre de 60% évoqué ne concerne pas la nutrition infantile, ni les produits pour animaux de compagnie, le café ou encore la nutrition médicale. 

Un repositionnement du groupe est en cours

Le groupe suisse a lancé il y a cinq ans une grande réorganisation de ses activités, mettant l'accent notamment sur les alternatives végétariennes à la viande et au lait. Avec ce repositionnement, le groupe a multiplié les efforts pour redorer son image, le Financial Times affirmant que "les dirigeants de Nestlé sont en train d'examiner quels nouveaux engagements prendre sur la nutrition" et visent à "dévoiler un nouveau plan cette année".

Une porte-parole du groupe l'a confirmé à l'AFP : "Nestlé est en train de travailler sur un projet à l'échelle de l'entreprise" pour mettre à jour sa stratégie en termes de nutrition et santé. "Nous nous concentrons d'abord sur la partie de notre portefeuille d'aliments et de boissons qui peut être mesurée à l'aide de systèmes externes sur le profil des nutriments", comme le Nutriscore, a-t-elle ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.