Le Vatican bannit les hosties sans gluten, mais autorise celles aux OGM

Dans une lettre adressée aux évêques, un cardinal demande un "respect absolu" des normes canoniques de la part des producteurs.

Le pain utilisé dans les hosties doit être azyme (sans levain) et de pur froment, fabriqué par des personnes compétentes et intègres, rappelle le Vatican.
Le pain utilisé dans les hosties doit être azyme (sans levain) et de pur froment, fabriqué par des personnes compétentes et intègres, rappelle le Vatican. (PASCAL DELOCHE / CORBIS DOCUMENTARY / AFP)

Le Vatican ne plaisante pas avec la composition des hosties. Dans une lettre adressée samedi 8 juillet aux évêques, le cardinal Robert Sarah, "ministre" du culte et des sacrements, rappelle les règles en vigueur pour choisir le pain et le vin pour la messe.

Alors que, pendant longtemps, les prêtres se sont procuré vin et hosties auprès de communautés religieuses, "aujourd'hui on les trouve en vente aussi dans les supermarchés, dans d'autres magasins et sur internet", souligne le courrier. Il demande donc aux évêques de s'assurer d'un "respect absolu" des normes canoniques de la part des producteurs.

Les fruits, le sucre ou le miel dans les hosties, "un grave abus"

Pour les catholiques, le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Christ pendant le rite de la messe, mais cette transsubstantiation n'est valide qu'avec des produits conformes. Ainsi, le pain doit être azyme (sans levain) et de pur froment, fabriqué par des personnes compétentes et intègres. Une autre céréale n'est tolérée que dans de très faibles proportions, tandis que l'ajout d'autres produits comme des fruits, du sucre ou du miel constitue "un grave abus".

Le vin, lui, doit provenir uniquement de raisin et les prêtres sont invités à bien le conserver pour qu'il ne s'aigrisse pas. Pour les personnes ne pouvant absorber de pain ou de vin fermenté, les évêques peuvent autoriser du moût de raisin ou des hosties à faible teneur en gluten, mais pas 100% sans gluten, au motif que cela dénature la panification.

En revanche, le Vatican "a décidé que la matière eucharistique préparée avec des organismes génétiquement modifiés pouvait être considérée une matière valide", assure le courrier. Pour s'assurer du respect de ces critères, le Vatican suggère d'instaurer une autorité de contrôle dans chaque pays.