Lait contaminé à la salmonelle : une association alerte sur les conseils donnés par Lactalis pour se débarrasser des produits rappelés

L'association des Robins des bois estime que Lactalis diffuse de mauvais conseils pour se débarrasser des boîtes de lait infantile contaminé à la salmonelle, a appris franceinfo mercredi.

Une boîte de lait infantile, en Alsace, le 11 janvier 2018. 
Une boîte de lait infantile, en Alsace, le 11 janvier 2018.  (MAXPPP)

L'association écologiste Robins des bois alerte mercredi 7 février sur les conseils donnés par Lactalis pour se débarrasser des produits contaminés à la salmonelle dans l'usine de Craon, en Mayenne. Sur son site internet le géant du lait conseille de "jeter ou ramener en pharmacie" les produits concernés et de "demander conseil à votre médecin / pharmacien pour identifier un lait de remplacement".

Au numéro vert mis à disposition (0 800 120 120),  la procédure proposée est encore plus simple, comme a pu le constater franceinfo. Contactée par un journaliste de franceinfo, une standardiste tient spontanément ces propos : "Il faut arrêter de consommer le produit et vous pouvez le jeter, il n'y a aucun soucis." À la question de savoir s'il faut incinérer les boîtes de lait, voici la réponse : "Non, on nous dit de les jeter donc vous pouvez il n'y a aucun soucis."

Élimination recommandée par incinération

Pourtant, dans une note parue le 29 janvier, la Direction générale de l'alimentation (DGAL), qui dépend du ministère de l'Agriculture, recommande l'élimination des produits Lactalis concernés par incinération dans une installation autorisée. Deuxième possibilité encore plus contraignante : les transformer en biogaz dans une usine.

Par ailleurs, la note précise que ces produits doivent être bien identifiés par une étiquette. Lactalis affirme de son côté que si ces produits sont jetés dans la poubelle des déchets ménagers alors ils seront incinérés, comme les autres.

L'association envisage de porter plainte

Cet argument est jugé un peu court par Jacky Bonnemains, porte-parole de l'association écologiste Robins des bois, contacté par franceinfo. "Il y a seulement un tiers des déchets à l'heure actuelle qui sont brûlés en incinérateur, explique-t-il, le reste suit une autre filière."

"Face à cette persistance d'une mauvaise communication et mauvaise volonté de Lactalis, il est possible que nous portions plainte devant les tribunaux", prévient Jacky BonnemainsL'association recommande aux consommateurs de ramener les produits en pharmacie.