Lactalis : 200 salariés au chômage partiel

Le groupe Lactalis devra apporter les preuves qu'il n'y a plus de risques, a affirmé ce vendredi 12 janvier au matin le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert. En attendant, l'unité de production du lait infantile à Craon (Mayenne) restera fermée.

France 3

L'usine tourne au ralenti depuis que son unité de production de lait infantile est à l'arrêt, depuis plus d'un mois. La collecte de lait se poursuit doucement, mais l'avenir des 327 salariés du site de Craon (Mayenne) est en suspens. 200 d'entre eux ont été mis au chômage partiel. D'autres en profitent pour faire des formations. À Craon, 4 500 habitants, l'usine Lactalis concentre tous les regards et toutes les craintes.

600 éleveurs inquiets

C'est de loin le plus gros employeur de la commune. La direction du groupe n'a pas caché que l'avenir du site était en jeu. "Moi j'ai des enfants qui y travaillent. Si ça fermait, ce serait pas drôle", témoigne une habitante. Pour cet autre craonnais : "C'est une petite ville commerciale très dynamique, alors une fermeture, ce serait dramatique." 600 éleveurs fournissent d'ordinaire l'usine. Ils sont particulièrement inquiets, après plusieurs années de crise. À Craon, chacun espère en apprendre plus cet après-midi sur l'avenir du site.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine de Lactalis de Craon, en Mayenne.
L'usine de Lactalis de Craon, en Mayenne. (GREGOIRE LECALOT / RADIO FRANCE)