L'origine de toutes les viandes servies en restauration française devra être indiquée à partir du 1er mars

Selon un décret publié jeudi au Journal officiel, tous les établissements servant de la viande devront en indiquer l'origine dès le mois de mars.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une serveuse apporte des plats dans un restaurant de Lorient (Morbihan), le 2 juin 2020. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

L'origine de toutes les viandes servies dans la restauration française hors domicile, des cantines scolaires aux restaurants d'entreprise en passant par les restaurants, devra être indiquée à partir du 1er mars, selon un décret publié ce jeudi au Journal officiel que franceinfo a pu consulter. "Je suis très heureux de pouvoir, par ces mesures de transparence, favoriser les produits de nos territoires, issus des élevages français qui sont des élevages d'excellence", a réagi sur franceinfo le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, qui évoque "de nombreux mois de combat juridique" pour pouvoir mettre cela en place.

Cette obligation ne concernait que le boeuf depuis 2002. Elle sera désormais aussi appliquée pour les viandes de porc, de volaille, d'agneau ou encore de mouton. L’emballage de ces viandes devra obligatoirement préciser le pays d’élevage et le pays d’abattage. Il faudra aussi mentionner s'il s'agit de viande fraîche, réfrigérée, congelée ou surgelée. "C'est un moyen de soutenir nos propres élevages et d'entretenir le lien avec les éleveurs", a-t-il défendu.

50% de viande importée dans les cantines

Selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, "cette mesure a un objectif nutritionnel" : "Quand vous comparez un poulet ukrainien ou brésilien avec un poulet français, cela n'a rien à voir. Mon combat est celui de la qualité des aliments." Il assure que cela va notamment permettre d'améliorer la qualité de la viande servie aux enfants dans les cantines scolaires. "On sent que les produits locaux sont de plus en plus plébiscités et mis en oeuvre, notamment pour les cantines."

Selon les chiffres du ministère, 50% des viandes consommées dans les cantines scolaires sont importées. C'est le cas de 60% des volailles en restauration collective. "C'était une attente très forte des parents d'élèves, des consommateurs, de pouvoir avoir cette indication, cette transparence quant à l'origine des viandes que nous consommons et que nos enfants consomment dans les cantines scolaires".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.