Cet article date de plus de quatre ans.

Huîtres "artificielles" : des ostréiculteurs veulent un étiquetage distinctif

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Huîtres "artificielles" : des ostréiculteurs veulent un étiquetage distinctif
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

De plus en plus de variétés d'huîtres ont été créées en laboratoire, ce qui ne plaît pas du tout à certains ostréiculteurs. Ils réclament un étiquetage obligatoire.

Quelles différences entre ces deux huîtres ? Au premier coup d’œil, aucune. Pourtant, celle de gauche est née en mer, celle de droite en laboratoire. On appelle cette dernière l'huître triploïde. Ces huîtres triploïdes sont nées pour la première fois dans ce laboratoire en 2001. Pour pouvoir manger des huîtres toute l'année, même en période de reproduction, des chercheurs ont créé une sorte d'huître artificielle.

Un tiers de la production

Un super mâle avec quatre chromosomes, il est croisé avec une femelle normale à deux chromosomes, résultat, une huître triploïde à trois chromosomes. Son avantage : elle est plus grosse et moins laiteuse. Ces huîtres de laboratoire représentent aujourd'hui un tiers de la production, mais sur les étiquettes, aucune précision sur son origine. Pour cet ostréiculteur, en Gironde, qui n'élève pas de triploïdes, l'étiquetage devrait être obligatoire. Une pétition a été lancée pour différencier les types d'huîtres, elle a recueilli 1 400 signatures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.