Gaspillage alimentaire : en Corée du Sud, les ordures sont taxées au poids

La Corée du Sud s’est attaquée au gaspillage alimentaire avec une arme de choix : taxer les déchets au poids, pour faire payer le contribuable en cas de gaspillage.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Je fais bien attention à tout ce que je jette, à bien essorer les déchets. C’est pour limiter le poids, pour moins payer”, explique Myeongja Kim, en plein épluchage de légumes. Car au pays du Matin calme, si on jette, on paye, et traditionnellement, on jette beaucoup. La Corée du Sud a donc pris des mesures pour que les foyers et les restaurants recyclent les déchets alimentaires.

95% de la nourriture est recyclée 

Après le dîner, Myeongja Kim et son gendre se dirigent vers l’une des 6 000 poubelles intelligentes de la ville. Chaque foyer dispose d’une carte à puce, qui permet d’ouvrir ces poubelles. Il faut ensuite vider les déchets pour que le poids s’affiche. On repasse la carte une dernière fois et le tout sera comptabilisé sur la facture du mois. Le mois dernier, pour la famille, la facture était de 860 won, soit un euro. “On paye ce que l’on a gaspillé, ça incite à faire attention à ce que l’on jette”, conclut Myeongja Kim. Aujourd'hui, 95% de la nourriture est recyclée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des légumes dans un supermarché de Saintes (Charente-Maritime), le 23 octobre 2018.
Des légumes dans un supermarché de Saintes (Charente-Maritime), le 23 octobre 2018. (GEORGES GOBET / AFP)