"Dark store" et "dark kitchen" : quel est ce nouveau fléau dans le viseur du gouvernement ?

Publié Mis à jour
Commerce : les entrepôts de livraison et les restaurants sans clients suscitent la colère des riverains et des commerçants
Article rédigé par
M. Justet, D. Basier, E. Maizy, P. Wusthorn, H. Dugue - France 2
France Télévisions

Les "dark kitchen" et les "dark stores", respectivement des cuisines souterraines et des magasins fermés au public, sont dans le viseur du gouvernement. Mais de quoi s'agit-il exactement ? On fait le point.

Les  "dark stores" se nichent désormais un peu partout, dans des entrepôts sans devantures ni enseignes. Il y a aussi les "dark kitchen", ces restaurants sans clients. À Bordeaux (Gironde), les habitants d’une rue sont en colère depuis un an. Un habitant évoque des véhicules qui se garent partout dans sa rue et des livraisons dès 7 h du matin.

Une concurrence déloyale

Les sites des dark stores ne sont généralement pas identifiables, car les entreprises profitent de règles encore floues pour s’installer et se développer où elles le souhaitent. Selon la mairie, l’activité doit être régulée. Le gouvernement souhaite prendre un arrêté afin que les mairies puissent réguler les installations au cas par cas. Dans une rue de Paris, un entrepôt livre des burgers et des pizzas. Mais un restaurateur propose également des burgers et dénonce une concurrence déloyale. Selon un récent rapport, il y aurait une centaine de dark kitchen et de dark stores en région parisienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.