Alimentation : que vaut vraiment le Label rouge ?

Publié Mis à jour
Alimentation : que vaut vraiment le Label rouge ?
France 2
Article rédigé par
S. Lanson, M.Cario, V.Landolfini - France 2
France Télévisions

Censé être un gage de qualité et d'excellence, le Label rouge est l'un des plus réputés, mais vaut-il vraiment son prix ? Est-ce un gage de bon élevage ? Le journal de 13 heures du vendredi 14 mai répond à ces questions dans la rubrique Derrière nos étiquettes. 

Le Label Rouge, de plus en plus présent dans les rayons viandes, est censé être garant du bien-être animal. Mais est-il à la hauteur de sa réputation, et la garantie du respect des conditions d'élevage ? Dans la Sarthe, un éleveur explique ces critères : pour ses poules, il doit donner accès à la liberté des animaux, qu'ils puissent explorer une prairie, picorer insectes et herbes. Ainsi, elles vivent plus longtemps : 13 semaines environ, soit trois fois plus qu'un poulet d'importation. L'élevage doit aussi comporter au maximum onze poules par mètre carré, deux fois moins qu'un élevage standard. "C'est rémunérateur malgré tout", explique cet éleveur.

Des critères plus laxistes pour les porcs et bovins

En revanche, le Label rouge ne garantit pas le bien-être pour les porcs. Les associations recommandent de scruter plutôt la mention "fermier" ou "plein-air". "Pour le porc, il vaut mieux choisir du bio, le cahier des charges est un peu plus contraignant. Les animaux sont élevés sur de la paille, et ils doivent avoir accès au plein air", explique la journaliste Sophie Lanson sur le plateau du 13 heures, vendredi 14 mai.

Pour la viande rouge, si le Label rouge demande cinq mois de pâturage, le bio exige un pâturage toute l'année, et pas d'entrave en intérieur. Pour les œufs, c'est simple, il suffit d'ouvrir la boîte et de regarder les petits chiffres : 0, c'est du bio, et la qualité de vie des poules décroit si le chiffre monte. À 3, cela signifie un élevage en cages.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.