Alimentation : ces arguments santé non validés scientifiquement

Tisanes "minceur", biscuits "vitalité"... L'association Foodwatch met en garde sur ces produits dont les prétendus bienfaits ne sont pas validés scientifiquement.

France 2

"Détox", "transit", "fibres plus"... Ces allégations santé se retrouvent sur les produits du quotidien. Un argument très efficace pour les industriels, car le marché pèserait 2 milliards d'euros. Mais ces promesses sont-elles validées scientifiquement ?

De nombreux dossier en attente de validation

À Grenoble, en Isère, une PME est spécialisée dans le konjac, une plante aux effets minceur. Pour avoir l'autorisation officielle de promettre une perte de poids, il faut qu'un dossier constitué d'études scientifiques soit examiné par l'Efsa, l'agence de sécurité alimentaire européenne. Cette dernière en accepte 1 sur 10. Puis c'est à la Commission européenne de délivrer le précieux sésame. Mais dans la plupart des cas, les allégations santé sont en attente de validation, on en compte 2 000 à ce jour. Les marques profitent donc de cet entre-deux juridique pour utiliser en toute légalité ces promesses sur leurs produits. L'association de consommateurs Foodwatch dénonce cette situation confuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Foodwatch
Foodwatch (France 2)