Détox, anticancer, énergie, minceur... Foodwatch lance une campagne contre des aliments promettant des bienfaits pour la santé

L'ONG cible une vingtaine de produits dont l'étiquette laisse entendre qu'ils seraient bénéfiques pour la santé, ce qui est faux selon l'association. 

L\'ONG Foodwatch estime qu\'une vingtaine de produits disposent d\'étiquettes qui vantent de fausses promesses. 
L'ONG Foodwatch estime qu'une vingtaine de produits disposent d'étiquettes qui vantent de fausses promesses.  (SOPHIE AUVIGNE/RADIOFRANCE)

L'ONG Foodwatch lance jeudi 21 mars une campagne contre certains produits vantés par les industriels pour leurs supposés bienfaits pour la santé. L'association de défense des consommateurs s'attaque aux promesses faites par les fabricants pour vendre toutes sortes d'aliments solides ou liquides présentés comme étant anticholestérol, minceur, énergie, détox, ou même anticancer. Foodwatch porte plainte également contre un site de vente en ligne, "biologiquement.com".

Une vingtaine de produits épinglés

Foodwatch affirme que de nombreux consommateurs "tombent dans les pièges tendus par trop de fabricants". Parmi les marques dans le viseur de l'organisation : Eléphant, Lipton, La Tisanière, Tropicana, Innocent, Ricola, Fitness, Gerblé, ou encore Fruit d’Or.

Foodwatch lance notamment une pétition qui cible un exemple emblématique. Il s'agit de la marque Eléphant (Unilever) et son infusion qui affirme "Détox, pas d’intox", une allégation démentie par Foodwatch.

Les industriels de l’agroalimentaire n’ont aucune limite, si les autorités ne leur en posent pasFoodwatchà franceinfo

Plusieurs "arnaques sur l'étiquette" sont pointées du doigt par l'association. Les allégations santé présentes sur les emballages "n’ont même pas été validées par les autorités". Dans la liste de Foodwatch, il y a aussi les promesses santé sur des produits qui doivent être consommés en grande quantité "avant d’espérer le moindre effet"  ou encore les allégations santé telles que "antioxydant", "vitalité" ou "énergie" sur des produits "beaucoup trop sucrés". Selon l'ONG, les allégations santé sur certains produits ne sont "que pur marketing, souvent de l’aveu même des fabricants".  

Un site internet dans le collimateur 

Foodwatch alerte sur les pratiques du site de vente en ligne, "biologiquement.com". La plateforme vend une quarantaine de produits dont certains promettent même d'être littéralement "anticancer", une mention pourtant "totalement illégale" précise l'ONG.  

"Il y a 2 000 mentions en attente de validation à la Commission européenne depuis 2012, affirme Karine Jacquemart, la directrice générale de Foodwatch France. Et pendant ce temps, on laisse les marques utiliser en toute légalité toutes ces promesses qui finalement sont du vent", dénonce-t-elle. "Les consommateurs ont le droit de savoir si les promesses faites sur les emballages sont fiables ou pas. Et ce n’est pas aux industriels de décider", poursuit le rapport de l'ONG. 

Foodwatch réclame également aux fabricants et distributeurs "plus de transparence et d’honnêteté" dans l’utilisation de promesses santé sur les produits alimentaires, et "exige des autorités qu‘elles renforcent les règles pour éviter le flou dont les consommateurs paient le prix".