Prothèses PIP : coup dur pour les victimes

Jeudi 2 juillet, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a dédouané l'entreprise allemande TÜV. Une équipe de France 3 fait le point.

FRANCE 3

Une nouvelle épreuve attend les femmes victimes du scandale des prothèses mammaires PIP. Ce jeudi 2 juillet, la cour d'appel d'Aix-en-Provence a estimé que la société allemande TÜV, chargée de certifier les implants mammaires n'avait commis aucune faute et ne devait donc rien payer aux victimes. "Aujourd'hui, on est victime de cette machination donc des grands qui font ce qu'ils veulent", confie au micro de France 3 une victime.

TÜV se félicite de la décision

En première instance, la société allemande reconnue coupable avait dû verser 3 400 euros aux 1 700 victimes des prothèses défectueuses soit près de six millions d'euros. Une somme que ces victimes risquent aujourd'hui de devoir rembourser. La société allemande s'est félicitée du jugement de la cour d'appel qui l'exonère de toute responsabilité.
Le procès du scandale des prothèses mammaires n'est pas encore terminé. Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP doit repasser devant la justice à l'automne prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une prothèse mammaire de la marque Poly Implant Prothese (PIP), accusée d\'être inflammatoire voire cancérigène, le 26 décembre 2011 dans une clinique de Nice.  
Une prothèse mammaire de la marque Poly Implant Prothese (PIP), accusée d'être inflammatoire voire cancérigène, le 26 décembre 2011 dans une clinique de Nice.   (ERIC GAILLARD / REUTERS)