Anesthésiste de Besançon : vers une nouvelle mise en examen ?

L'anesthésiste de Besançon (Doubs), déjà poursuivi pour l'empoisonnement présumé de sept patients, a passé 48 heures en garde à vue. Il a été déféré devant le parquet.

FRANCE 2

Après 48 heures d'interrogatoire, le docteur Frédéric Péchier a quitté les locaux de la police judiciaire pour le palais de justice de Besançon (Doubs). Il doit y être entendu par les juges d'instruction sur des dizaines de nouveaux cas suspects. Déjà mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements présumés ayant entraîné deux décès, il réfute aujourd'hui les nouvelles accusations. "Le docteur Péchier conteste tout fait d'empoisonnement de quelque nature que ce soit", a déclaré son avocat, Me Randall Schwerdorffer.

15 patients décédés

Après deux ans d'enquête et quatre corps exhumés, la police soupçonne l'anesthésiste de 47 ans d'avoir joué au pompier pyromane. Il aurait injecté des doses potentiellement létales à des patients provoquant des arrêts cardiaques, dans le seul but ensuite d'exercer ses talents de réanimateur. Depuis la première affaire, des dizaines de nouveaux cas seraient apparus comme suspects. Parmi eux, 15 patients n'auraient pas pu être réanimés alors qu'ils avaient été hospitalisés pour des opérations bénignes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Me Randall Schwerdorffer, l\'avocat de Jonathann Daval.
Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval. (SEBASTIEN BOZON / AFP)