Mediator : près de 115 millions d'euros ont déjà été versés aux malades par Servier

Six mois avant un procès au pénal, les laboratoires Servier ont déjà indemnisé plus de 3 000 malades, qui ont utilisé le médicament. 

Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, le Mediator, est tenu pour responsable de centaines de morts
Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, le Mediator, est tenu pour responsable de centaines de morts (JEAN FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Le laboratoire pharmaceutique Servier a déjà versé 114,7 millions d'euros à plus de 3000 malades, à la suite de problèmes cardiaques consécutifs à la prise du Mediator. Il s'agit d'un bilan au 29 mars 2019. Ces chiffres sont consultables sur le site internet de Servier. C'est très rare en France en matière médicale. En tout 3 593 patients ont reçu une offre d'indemnisation.

Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, le Mediator, un antidiabétique largement utilisé comme coupe-faim, est tenu pour responsable de centaines de morts. Il a été retiré du marché en novembre 2009.

4 000 patients constitués partie civile

"C'est un chiffre qui montre d'abord l'ampleur du scandale de santé publique du Mediator : il y a beaucoup de victimes, avec des dossiers importants", a réagi Me Charles Joseph-Oudin, avocat de plusieurs victimes, joint par franceinfo ce mercredi 10 avril. Mais cela "montre aussi qu'on peut y arriver et il faut que les victimes du Mediator, mais aussi des autres médicaments, y voient un encouragement : on peut y arriver" même face à des laboratoires pharmaceutiques "puissants" et "protégés", a-t-il ajouté.

Ce scandale sanitaire, révélé en 2007 par le médecin Irène Frachon, fait l'objet de multiples procédures, au pénal comme au civil. Le procès au pénal s'ouvrira le 23 septembre prochain devant le tribunal de grande instance de Paris. Quelque 4 000 personnes ayant pris ce médicament doivent se constituer partie civile pour ce procès, mais en acceptant l'offre de Servier d'une indemnisation à l'amiable, les victimes s'engagent à renoncer à leur action pénale.