Mediator : le procès d'un scandale sanitaire s'ouvre lundi

Dix ans après les premières révélations sur cet antidiabétique susceptible d'avoir causé la mort de milliers de patients, les victimes attendent un procès exemplaire.

france 3

Le Mediator est devenu synonyme d'un véritable scandale sanitaire. Cet antidiabétique, commercialisé pendant trente ans, a été au fil du temps davantage prescrit comme coupe-faim par les médecins. La pneumologue au CHU de Brest (Finistère) Irène Frachon a dénoncé dès 2008 les dangers de ce médicament qui entraînerait de graves pathologies cardiaques. Près de 1 800 personnes seraient déjà mortes à cause du Mediator.

Des sommes "ridicules"

L'Association d'aide aux victimes des accidents de médicaments (Aaavam), dirigée par Georges-Alexandre Imbert, accompagne environ de 1 000 plaignants au procès qui s'ouvre lundi 23 septembre à Paris. Ce dernier craint que beaucoup d'entre eux soient déçus. "Pour une victime de médicament, on peut espérer 5 000 à 10 000 euros. Se battre pendant des années pour des sommes aussi ridicules, c'est cela qui me contrarie", confie-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des boîtes de Mediator, médicament interdit en France en 2009, le 18 novembre 2010. 
Des boîtes de Mediator, médicament interdit en France en 2009, le 18 novembre 2010.  (FRED TANNEAU / AFP)