Mediator : ouverture d'un procès hors norme

Le procès du Mediator débute lundi 23 septembre à Paris. Il devrait durer six mois.

France 2

Avec 2 684 plaignants, 376 avocats et 23 prévenus, le procès du Mediator, qui s'ouvre lundi 23 septembre à Paris, s'annonce hors norme. Les audiences devraient s'étaler sur six mois. Quels sont les enjeux de ce procès ? "Derrière l'émotion qui va forcément régner au cours de ces dernières semaines, le tribunal va devoir décortiquer la chaîne de responsabilité et poser deux questions : quand a-t-on su que le Mediator pouvait être mortifère ? Pourquoi ce médicament n'a pas été retiré plus tôt de la circulation ?", explique le journaliste de France 2 Dominique Verdeilhan, en direct du tribunal.

Un double enjeu : financier et humain

"L'enjeu est double : d'abord financier, puisque la plupart des prévenus sont poursuivis pour tromperie aggravée, escroquerie et trafic d'influence, et humain aussi, puisque le tribunal va devoir examiner au cas par cas les conséquences que ce médicament a eu pour les malades. Les premiers jours du procès seront consacrés essentiellement à des questions de procédure", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une boîte de Mediator, le 18 novembre 2010 à Brest (Finistère).
Une boîte de Mediator, le 18 novembre 2010 à Brest (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)