35h dans les hôpitaux publics : "On peut se retrouver à faire deux voire trois services"

Les hôpitaux de Paris s’attaquent ce mercredi à la question des 35 heures en milieu hospitalier pour économiser 20 millions d’euros par an afin d’éviter les licenciements. Les 35 heures coûtent cher et sont difficiles à appliquer dans la pratique. Reportage à l'hôpital Cochin.

(De gros problèmes d'effectifs à Cochin comme dans tous les hôpitaux de Paris © MAXPPP)

Carine sort de l’hôpital le bras en écharpe. Pourtant elle n’était pas venue se faire soigner mais travailler. Elle s’occupe du nettoyage des chambres à l’hôpital Cochin. "J'étais fatiguée et donc j'ai mal porté le seau et je me suis fait une déchirure à l'épaule. On n'en peut plus et voilà…"  Et Carine le sait, elle ne sera pas remplacée. "Non, il n'y a pas de remplacement. Ce sont les agents qui sont dans l'équipe qui font le travail à ma place. On peut se retrouver à faire deux voire trois services".

Les 35h dans les hôpitaux publics : "On peut faire deux voire trois services" - reportage Oriane Verdier
--'--
--'--

 

Ce problème d’effectif, Laurence s’en rend compte elle aussi au jour le jour. Elle s’occupe du planning des transporteurs médicaux de l’hôpital. Bien souvent, ils font des heures supplémentaires. "On a des urgences qui peuvent être au dernier moment. C'est le malade avant tout. Tout dépend du volontariat de l'agent…"

Plus de limite hebdomaire au travail

Au-delà d’un manque d’effectif, c’est l’application des 35 heures qui pose problème selon Olivier Youinou. Il est infirmier-anesthésiste et secrétaire général du syndicat Sud Santé. "Le cadre nous appelle sur notre jour de repos. 'On te le rendra'. Intégrer les 35 heures a laissé tomber l'idée d'une limite hebdomadaire au travail… "

 

Les agents hospitaliers continuent de travailler 38 heures par semaine. Aujourd’hui ces heures supplémentaires sont sur des comptes épargne-temps. En moyenne fin 2014, un agent hospitalier avait plus de 20 jours de congés non utilisés.  L'année dernière les hôpitaux publics devaient plus de 74 millions d'euros à leurs employés.