Santé : 800 euros la pilule contre l'hépatite C

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 10/04/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Une pilule à 800 euros, c'est le prix du dernier médicament contre l'hépatite C. Un traitement très efficace, mais au coût élevé et qui pose question. Les médicaments innovants sont-ils trop chers ? Des voix s'élèvent pour mieux prendre en compte le rapport coût/efficacité. Jean Daniel Flaysakier nous en dira plus dans un instant.

Les résultats de la prise de sang d'hier sont excellents.

La fin de 20 ans de calvaire. Contaminée lors d'une transfusion, cette patiente a vu son hépatite C se transformer en cancer du foie. Il a fallu lui greffer un nouveau foie. Sa chance : elle a pu bénéficier d'un médicament qui a éliminé le virus indésirable en 3 mois.

Vous êtes guérie de votre hépatite C.

C'est super.

Pour cette maladie, c'est une révolution. Jusque-là, tout reposait sur des injections d'interférons, un traitement mal supporté. Depuis quelques mois, les médecins disposent de nouvelles molécules.

Pour guérir les malades d'en à peu près la moitié des cas, le traitement par interférons se faisait sur 24 à 48 semaines. Il y avait aussi des effets secondaires. Le traitement était assez lourd.

Et aujourd'hui.

Il n'y a plus d'injections. Les médicaments sont pris par voie orale Il faut 12 semaines de traitement pour plus de 90 % de guérison.

Avec des résultats durables, comme pour Pierre après deux ans.

Le virus est toujours indétectable. J'y vais tous les 6 mois.

On vous parle de rémission ou de guérison.

Dès 3 mois, on m'a parlé de guérison.

Mais la révolution coûte chère. La différence avec les traitements actutels est impressionnante.

On est à plus de 800 euros/mois.

Et quand on est sur ces molécules nouvelles, on change de prix.

Oui. Car on est à plus.

Soit 90.000 euros pour un traitement complet. Gilead fabrique l'un de ces médicaments. Cible d'attaques, le laboratoire justifie son prix au résultat.

Quand vous avez des traitements qui sont efficaces dans 1 cas sur 3, vous allez traiter une grande majorité de patients pour rien. Vous avez payé pour rien. La grande force de ces médicaments tel le Sofosbuvir, c'est qu'ils guérisent à 90.

95 %. C'est finalement un bon choix économique.

A ce tarif, traiter tous les porteurs d'hépatite C coûteraient 14 milliards d'euros. La moitié des dépenses annuelles de l'Assurance maladie en médicament. inimaginable. Il faut donc faire des choix.

Dans le cadre de finances acutelles, soit les prix baissent et on peut traiter tout le monde. Et s'ils ne baissent pas, il faut établir des priorités.

On le donne à qui.

Des gens qui ont des hépatites avancées.

Ça fait près de 100.000 personnes. On s'engage donc vers une bataille des prix.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==