Restauration : les bloggeurs influents, les nouveaux prescripteurs

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 08/03/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Et les restaurateurs et cuisiniers comme Emmanuel doivent désormais s'inquiéter de critiques d'un nouveau genre. Longtemps, ce sont les guides comme le Michelin ou le Gault et Millau qui concentraient les critiques sur les tables, l'assiette et le service. Désormais, en quelques lignes sur Internet, ce sont des blogueurs qui font et défont la cote d'un restaurant.

Marion est une cliente un peu particulière. L'assiette à peine posée sur la table, elle la prend en photo.

C'est toujours plus parlant pour les lecteurs. On reconnaît un style de cuisine à travers des photos.

Ce soir-là, elle teste un bistro dans un quartier branché de Paris. Si elle va quatre fois par semaine au restaurant, c'est pour alimenter son site Internet. Elle a urans etr à côté, mais depuis trois ans et demi, elle partage ses bonnes adresses sur le Web. Le restaurant de ce soir est qualifié de "nouvelle pépite".

Ceux qui me lisent m'écoutent et font des commentaires. Il y a un rôle de conseil que j'aime.

Pour financer ses sorties, elle donne des cours de cuisine et a écrit un livre de recettes. Son site totalise 1.000 visites par jour et notamment celle de Charlotte. La jeune femme y a repéré cette pâtisserie. Elle ne lit pas les grands guides ou les critiques dans la presse, elle préfère les blogs écrits par des amateurs.

Cela parle plus. C'est plus pratique, je trouve.

Une nouvelle façon de consommer qui touche de plus en plus de Français. Sur les 43 millions d'internautes, huit sur dix disent consulter un blog, une nouvelle pratique à prendre en considération. Sophie est aussi une blogeuse influente. Ce soir, cette attachée de presse et le restaurateur dont elle s'occupe ont décidé de l'inviter.

C'est une culture de cuisine haut de gamme.

C'est un chef qui fait de la cuisine du marché.

Le restaurateur a bâti sa réputation ouvert.

On pensait que le bouche à oreille allait faire son affaire. Mais on avait besoin d'autres moyens.

La blogueuse ne paye rien, même si cela l'oblige à certaines pirouettes.

Si je n'aime pas du tout, je dis à la personne que je n'ai pas aimé et je propose de ne pas publier, tout simplement.

Cette fois-ci, la critique sera bonne.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==