Cet article date de plus de huit ans.

La vie amoureuse des plantes et des animaux

écouter
Alain Baraton est le responsable du domaine national de Trianon et du grand parc du Château de Versailles. Auteur à succès, chroniqueur dans la matinale du week-end à France Inter, il publie "L’amour au jardin", chez Grasset.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (© Grasset)

Saviez-vous qu'il existe une plante nommée "verge d'or" ? Que l'expression "cueillir la fraise" signifie "faire l'amour" ? Que les coccinelles sont de grandes obsédées sexuelles ? Et que les bosquets de Versailles ont hébergé de nombreuses amours, jusqu'aux plus libertines ? C'est que le jardin n'est pas simplement le domaine des botanistes ou des flâneurs : il est surtout le sanctuaire des amoureux.

La vie amoureuse des plantes et des animaux va forcément intéresser les gens, estime Alain Baraton. "Quand on sait comment se reproduire les coccinelles, les fourmis ou les araignées il y a de quoi être étonné et je constate que l’être humain n’a rien inventé. Il suffit de regarder le monde animalier pour comprendre toutes les déviations. "

 

A force de voir du sexe partout, Alain Baraton a pensé qu’il était porté sur la chose. Puis, il s’est demandé s’il était ou non obsédé sexuel. Il a fait de grandes études et a constaté que bien avant lui "Linné, ce botaniste suédois hors du commun, avait classé les plantes en fonction de leur caractère sexuel et qu’il avait lui-même été qualifié par ses pères de botanistes pornographe. Le sexe est dans le nom des plantes, dans leur manière de se reproduire et je ne suis donc pas un obsédé sexuel. "

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.