Votre France Info, France info

Adèle Van Reeth : "la jouissance est un des thèmes les plus difficiles en philosophie"

Adèle Van Reeth, une philosophe que les auditeurs de France Culture retrouvent chaque matin dans les "Nouveaux Chemins de la Connaissance" vient de publier avec Jean-Luc Nancy, un autre philosophe, un petit livre intitulé "La jouissance, question de caractère", chez Plon. C'est l'occasion d'aborder cette question de la jouissance.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

"Le concept, c'est que, précisément, la jouissance
n'est pas un concept. C'est une expérience!"
explique la philosophe. "Lorsque
vous jouissez de quelque chose, vous savez ce que vous êtes en train de faire
mais c'est difficile d'en parler. Et c'est un beau défi philosophie que
d'essayer de savoir quelles conséquences on pouvait tirer de cette expérience qui
semple indescriptible."

Adèle Van Reeth remarque que peu de philosophes parlent de
jouissance qui reste difficile à décrire. Elle propose quand même sa propre
définition : "c'est le plaisir d'avoir du plaisir" . Le mot reste
pourtant tabou "parce que cela a été associé à un domaine purement
sexuel alors que ce n'est pas le cas"
. "La jouissance n'est pas
forcément sexuelle. C'est le plaisir de boire du bon vin, d'essayer de mettre
sa vie en forme de manière à pouvoir accéder au plaisir le plus possible. C'est
aussi une manière d'être attentif à la qualité. Ce n'est pas forcément
orgasmique."

La philosophe parle de l'histoire de la jouissance et de la
notion juridique du terme. Elle aborde la "distorsion de
l'éthique"
avec la jouissance matérielle même si cela n'est pas le
thème de son livre. En ce qui concerne mai 68 et son "jouissez sans entrave" ,
c'était "un appel à une libération" . Elle évoque aussi le
débat avec son co-auteur, Jean-Luc Nancy, sur le fait que al jouissance soit,
ou non, partageable et si elle reste un plaisir solitaire.

 

"La jouissance, question de caractère" chez
Plon.

http://www.plon.fr/ouvrage/la-jouissance/9782259223201

Premier volume de la collection "Questions de
caractère" - dirigée par Adèle Van Reeth et publiée en co-édition avec
France Culture - qui explore les passions humaines. Une découverte
philosophique de la "jouissance", dont la signification a beaucoup
évolué avant de n'évoquer que la sexualité.

La jouissance a une histoire. Tantôt condamnée au nom d'une
morale supérieure, tantôt brandie sous forme de slogan ("Jouissez sans
entraves !"), elle est un puissant moteur individuel et collectif dont les
penseurs, écrivains et artistes ont fait leur miel, sans pour autant toujours
la nommer comme telle. Or, qu'est-ce que la jouissance ? La satisfaction
d'avoir atteint le degré ultime du plaisir, ou la joie de celui qui use
librement de ce qu'il possède ? Une expérience mystique et solitaire, ou le
synonyme d'une consommation effrénée ?

Dans ce livre, vous ne trouverez ni conseils avisés pour mieux jouir ni constat
désolé d'une société qui identifierait la jouissance à l'absorption des biens
et des plaisirs, mais une discussion captivante autour d'une expérience
difficile à décrire qui soulève des enjeux philosophiques passionnants.

(©)