Un monde d'avance, France info

La Grèce destination vedette de l'été

La fréquentation touristique est repartie en très forte hausse cet été, une très bonne nouvelle pour l’économie du pays. 500.000 Français se sont rendus en Grèce.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des touristes visitant l\'Acropole à Athènes.
Des touristes visitant l'Acropole à Athènes. (SANDRINE MARTY / HANS LUCAS AFP)

Les chiffres sont spectaculaires : l’été qui s’achève a vu le grand retour des touristes en Grèce. Presque au niveau d’il y a 2 ans, avant la pandémie. 70% par rapport au niveau de 2019. Ce sont les statistiques officielles de la Banque de Grèce. Le redressement est impressionnant par rapport à l’an dernier : le pays a déjà vu passer plus de six millions de touristes. Pour un pays de 10 millions d’habitants, c’est considérable.

Le redressement s’est enclenché dès les premiers mois de cette année : +50% lors du 1er semestre 2021 par rapport à 2020. Et il s’est donc accéléré cet été. Et ça doit rappeler quelque chose à un certain nombre d’entre vous, puisque près de 500.000 Français se sont déjà rendus en Grèce cette année. Autrement dit, pas loin d’un Français sur 100. Seuls les Allemands ont été plus nombreux. À l’inverse, le nombre d’Américains ou de Russes a plutôt diminué. La canicule, sans précédent depuis 20 ans et les incendies, qui ont notamment ravagé la grande île d’Eubée début août, n’ont donc pas dissuadé les touristes européens.

Plus de 20% de la richesse nationale

C'est un soulagement pour une économie grecque qui en a bien besoin puisqu'elle reste très fragile, après la grande crise financière d’il y a 10 ans. Et le tourisme représente à lui seul entre 20 et 25% du produit intérieur brut, selon les années. Dans certaines îles, comme Rhodes, près des côtes turques, c’est même plus de 75%. Au total, près de 400.000 emplois dépendent directement du tourisme dans le pays. Soit 10% de la population active. Les rentrées financières sont donc les bienvenues. Les touristes allemands, en particulier, ont dépensé des sommes significatives. On attend encore les chiffres définitifs de cet été, mais pour le seul mois de juin, le tourisme a rapporté près de 700 millions d’euros à la balance commerciale grecque.

Une stratégie commerciale efficace

C’est aussi le fruit d’une stratégie efficace de la Grèce : dès le printemps de cette année, la Grèce a lancé une politique commerciale volontariste, avec des campagnes de publicité presque partout en Europe. Et surtout, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a été le premier à promouvoir, dès janvier, l’idée d’un pass sanitaire européen. Il a beaucoup milité pour cette idée et les Européens s’y sont ralliés. En posant quand même une condition : que seuls les vaccins reconnus par Bruxelles donnent un accès libre au pays.

C’est sans doute ce qui explique l’absence relative de touristes russes, puisque le Sputnik V n’a toujours pas été validé par Bruxelles. Et puis la Grèce présente un bilan honorable dans sa lutte contre la pandémie. Avec un taux de mortalité légèrement inférieur à celui de la France, et une population vaccinée à près de 60%. En tout cas, ce volontarisme commercial explique en grande partie ces résultats. La Grèce, de tous les pays méditerranéens, est celui qui semble avoir attiré le plus de touristes étrangers cet été. Par exemple, l’Espagne, à l’inverse, a été plutôt boudée par la clientèle internationale en juillet et en août.

Des touristes visitant l\'Acropole à Athènes.
Des touristes visitant l'Acropole à Athènes. (SANDRINE MARTY / HANS LUCAS AFP)