Cet article date de plus de sept ans.

Tout et son contraire. Fabien Lecœuvre : "On m'appelait le croque-mort parce que je m'occupais de Claude François"

Fabien Lecœuvre est attaché de presse, chroniqueur télé et radio, et auteur de "L’histoire de La France en 100 chansons". Il est l'invité de Philippe Vandel dans "Tout et son contraire".

Article rédigé par franceinfo, Philippe Vandel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Fabien Lecœuvre, attaché de presse, chroniqueur et écrivain à la Foire du livre de Saint-Louis dans le Haut Rhin, le 23 avril 2016. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

Dans son dernier livre L’Histoire de la France en 100 chansons, Fabien Lecœuvre raconte les histoires de 100 chansons françaises qui ont accompagné la vie des Français, de la Révolution en 1789 jusqu’à aujourd’hui. Comme par exemple Au clair de la lune, un texte à double sens qui peut se comprendre comme une chanson coquine. On apprend également par exemple que la belle dans la chanson La Belle de Cadix, écrite en 1945, était la maîtresse de Francis Lopez... et la compagne de Maurice Chevalier.

De Claude François à Michel Polnareff

Fabien Lecœuvre est conseiller de Michel Polnareff et il gère encore aujourd’hui la carrière posthume de Claude François, depuis 1992. Au début de sa carrière, on l’a souvent appelé le croque-mort : "Tout le monde se moquait de moi parce que Claude François, c’était un artiste disparu. Il était tellement présent à la télévision qu’on se demandait s'il n’existait pas toujours."

Certaines personnalités l’ont même contacté peu avant leur mort pour qu’il puisse écrire un livre sur eux, comme Pascal Sevran : "Pascal Sevran m’a appelé de l’hôpital de Limoges, où il était mourant. Il voulait absolument que j’écrive un livre sur lui après sa disparition. Je me suis dit que ça allait être mal perçu par le milieu mais je l’ai quand même fait. Il est décédé, et j'ai pu sortir le livre dans les quinze jours", raconte Fabien Lecœuvre qui dit avoir beaucoup d’ennemis dans ce métier.

Les artistes me détestent... faussement. En fait, ils m'aiment, quelque part

Fabien Lecœuvre

Tout et son contraire



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.